arton240Définition

Le mariage est avant tout une alliance instituée par Dieu Lui-même. De plus, celle-ci est contractée entre un homme et une femme qui se donnent l’un à l’autre, sans restriction et d’un commun accord, pour constituer une seule unité complémentaire. Cette alliance ne peut pas se rompre. Le mariage fait donc parti du plan de Dieu, car c’est d’ailleurs au travers de cette union que la terre devait se remplir au fur et à mesure.

 Il faut également savoir que le mariage n’est pas :

  une convention sociale,

 un simple arrangement qui permet de vivre ensemble,

 le pacs.

« L’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. » – Genèse 2 : 24

Dans ce passage, nous voyons que Dieu parle du couple au singulier. Il s’agit en réalité de l’homme et la femme formant une union exclusive, hétérosexuelle et monogame, car en effet, au commencement, Dieu a créé pour Adam UNE seule femme et non deux, trois ou quatre… Mais encore, il n’a pas créé un autre Adam pour ce dernier… Le Seigneur n’agrée donc pas les couples polygames et homosexuels, car cela est une abomination.

a)  Quitter :

liens(1)Le terme « quitter » en hébreu se dit « azab », ce qui signifie « laisser derrière, rendre libre, laissé aller, libérer ». Au travers de ces termes, nous comprenons qu’une fois mariés, les époux ne sont plus sous l’autorité de leurs parents. Ces derniers se détachent du foyer parental et sont libérés pour désormais vivre leur propre vie. De plus, le conjoint ne vit plus émotionnellement avec ses parents, c’est-à-dire que le lien de la dépendance parents / enfants se rompt totalement et définitivement, car celui-ci vivrait alors sous l’emprise familiale.

Le fait de s’attacher à Christ est une folie pour les hommes (1 Corinthiens 1 : 18). En effet, cela implique la non-conformité d’avec les principes de ce bas monde, car la vision de Dieu pour le mariage n’est pas celle que notre société nous montre. Nous risquons donc d’être incompris voire même rejetés et persécutés par notre famille, nos proches, etc. Ne soyons donc pas étonnés si cela nous arrive car cela est NORMAL, si l’on veut vivre pieusement en Jésus-Christ… (2 Timothée 3 : 12 – Matthieu 10 : 36).

Face à cela, certains parents chercheront à convaincre par divers arguments leurs enfants que la Parole de Dieu n’est pas bonne à suivre car elle « extrémiste », d’autres chercheront à s’immiscer dans la vie de couple de leur progéniture… Au vue de ces situations, les deux époux devront alors fermement expliquer à leurs parents (ou proche parents), toutefois avec amour et sagesse, qu’ils ne sont plus sous leur autorité et que désormais la gestion de leur foyer leur appartient. Ce n’est pas aux parents de gérer le couple de leurs enfants et d’avoir la main mise sur leur mode de vie. Il est important de comprendre que l’unité et la complicité auront du mal à se mettre en place au sein du ménage, si l’époux (se) vit encore émotionnellement avec ses parents. Le mari ou la femme qui choisira continuellement de donner la priorité à ses parents met en danger le processus d’attachement entre eux. Le cordon ombilical qui liait les enfants avec les parents doit alors être totalement rompu.

Cependant, il ne faut pas couper les ponts avec ces derniers. D’ailleurs, il n’est pas interdit de recevoir certains conseils de nos parents si ceux-ci sont bons et ne sont pas contraires à la Parole de Dieu. Nous devons aussi leur témoigner l’amour de Christ. En effet, en agissant ainsi, les tensions familiales peuvent s’apaiser. Mais aussi, en comparant les mariages non-chrétiens avec la vie de Christ qui coulera dans nos couples, nos familles pourront constater d’elles-mêmes la différence. De plus, en mettant en pratique la Parole de Dieu dans nos vies, nos parents seront honorés en remarquant que leurs enfants ne font pas n’importe quoi et qu’ils ne se sont pas mariés avec n’importe qui (Exode 20 : 12).

b) S’attacher :

coeurs(1)Le terme « s’attacher » dans ce verset illustre l’image d’un mariage qui implique un amour durable, fidèle et constant (Malachie 2 : 14 à 16). En hébreux, l’expression « s’attacher » se dit « dabaq », ce qui signifie, entre autre, « s’accrocher, coller, suivre étroitement, être joints ensemble, rester avec… ». De plus, le fait de s’attacher, c’est aussi grandir en amour, en amitié (Jean 15 : 15) et en complicité. Pratiquer l’attachement c’est également partager les joies, les peines et la vie spirituelle de notre conjoint(e).

 c) Devenir une seule chair :

Dans le monde spirituel, le fait de devenir une seule chair, est le fait de ne former qu’un. En effet, le terme utilisé en hébreux pour le mot « seule » est « ‘Echad » qui signifie « un »Ne former qu’une seule chair implique donc la complémentarité de caractère dans le couple. Cet aspect d’unité entre l’homme et sa femme ne s’opère en général pas tout de suite. En effet, il y a un processus qui doit être effectué au travers le brisement du caractère des époux. C’est le Seigneur qui nous fait devenir une seule chair par l’action de son Esprit dans nos vies. Il est important de souligner, que l’on peut devenir qu’une seul chair, si nous avons au préalable réussi l’étape de quitter ses parents mais aussi celle de s’attacher… Il n’y aura pas d’unité entre les époux si ces phases n’ont pas été précédemment effectuées. N’oublions pas que Dieu est un Dieu d’ordre et de processus.

De plus, l’acte physique qui caractérise cette notion d’être une seule chair est la relation conjugale entre le mari et sa femme. Le cadre du mariage est bel et bien une alliance publique prononcée devant Dieu, le monde invisible et les hommes (famille et les autorités du pays dans lequel nous vivons). Sachant que, le véritable témoin du mariage c’est avant tout, Dieu lui-même, et non les témoins qui accompagnent les mariées le « jour-J ». – Malachie 2 : 14 : « […] Parce que l’Eternel a été témoin entre toi et la femme de ta jeunesse […] ». Cependant, ce n’est qu’après cette alliance publique que toute vie sexuelle prend naissance et s’épanouie. C’est à ce moment précis que Dieu accorde sa bénédiction pour qu’un couple puisse avoir une union physique. Toutes formes de rapports sexuels, ne sont donc pas permis, ni tolérés pendant la période des fiançailles. Lorsque le couple chrétien est attaché à la Parole de Dieu, le Seigneur dans sa sagesse éclaire celui-ci, par son Esprit, sur les pratiques sexuelles considérées comme étant abominables devant Lui et qui ne peuvent être pratiquées. Car en effet le lit conjugal doit être exempt de toutes souillures. Cet éclairage peut, par exemple, se manifester lorsque le/la conjoint (e) n’est pas heureux (se) et épanoui(e) par la manière de vivre les relations sexuelles dans le couple.

(N.B. : dans la Bible, le verbe « connaître » est souvent utilisé pour parler des relations sexuelles entre un homme et une femme. Ex : « Adam connu Eve, sa femme […]. » Genèse 4 : 1).

Les liens du mariage sont indestructibles

Dieu, dans son plan parfait, n’a pas donné Eve à Adam pour qu’ils puissent divorcer un jour…

Dans les passages bibliques de Matthieu 19 : 1 à 9 et Marc 10 : 1 à 9, nous voyons que les Pharisiens interrogeaient Jésus sur le divorce. Le Seigneur leur répondra que c’est à cause de la dureté du cœur des hommes que Moïse a prescrit le divorce, puis Il va les ramener au commencement de la création de l’homme. Il va leur expliquer qu’à la base, il n’en était pas ainsi. Dieu dans son plan parfait, n’avait pas prévu un homme ou une femme de rechange en vue d’une quelconque séparation entre Adam et Eve. Nous pouvons qualifier le divorce comme étant l’une des conséquences du péché d’Adam et Eve. Le Seigneur n’agrée pas le divorce : on ne sépare pas ce que Dieu a joint (Matthieu 6 : 19). Il est alors important de se marier avec la personne que Dieu a réservée d’avance pour nous et de discerner sa volonté parfaite pour nos vies. Ne nous marions pas avec le/la premier (ère) venu(e) sans avoir au préalable attendu l’aval du Seigneur. Car une alliance contractée entre un homme et une femme, qu’elle vienne de Dieu ou non, reste une alliance qu’on ne peut rompre comme on le désire.

chaine(2)Par conséquent, avant de s’engager avec une personne en vue d’un projet de mariage, il faut prier et attendre la réponse de Dieu sur ce sujet. Ne prenons pas le sujet du mariage à la légère, comme si il s’agissait d’une simple chemise que l’on peut changer ou remplacer comme bon nous semble. Se marier sans être dans la volonté de Dieu engendre des conséquences désastreuses. En effet, il faut savoir que pour toute chose, une capacité surnaturelle (l’onction) nous est donnée par le Seigneur en vue d’accomplir parfaitement SA vision dans nos vies. En d’autres termes, si nous ne sommes pas dans sa volonté nous ne bénéficierons pas de cette capacité spéciale. Dieu donne la provision à SA vision…

Le mariage c’est pour la vie, jusqu’à ce que la mort nous sépare ou jusqu’au retour de Jésus-Christ… !!

Conclusion

Quel est le fondement d’un bon mariage ?

Jésus-Christ, Lui-même, avant tout et par-dessus tout. Et du Seigneur découle ces différents critères :

– Le fait de partager la même foi en Jésus-Christ, les mêmes valeurs, les mêmes objectifs pour avoir la grâce de cheminer longtemps ensemble (Ephésiens 4 : 1 à 6 et 1 Corinthiens 7 : 39),

– La soumission vis-à-vis de Dieu (Jacques 4 : 17),

– L’amour selon Dieu et non celui du monde,

– La confiance (Genèse 15 : 4 à 6 et Esaïe 30 : 15),

– La fidélité (Luc 16 : 10),

– L’humilité (Philippiens 2 : 3 à 4),

– La concertation (Amos 3 : 3).

Leave a comment