France : L’Assemblée nationale s’apprête à voter l’expérimentation des maisons de naissance

Ces endroits permettent aux femmes d’accoucher sans être hospitalisées…
Les députés examinent ce jeudi une proposition de loi centriste visant à autoriser l’expérimentation des maisons de naissance, des structures qui permettent aux femmes d’accoucher sans être hospitalisées, dans un environnement moins médicalisé.
Dans ces maisons au décor convivial, le suivi des femmes enceintes et les accouchements sont réalisés par une ou deux sages-femmes habilitées à assurer ce type d’actes.
Expérimentation pour 5 ans
Déjà voté par les sénateurs, le texte ouvrant la voie à leur expérimentation arrive à l’Assemblée nationale alors qu’une partie des sages-femmes observe une grève illimitée pour obtenir une meilleure reconnaissance de leurs compétences.
La proposition de loi de la sénatrice Muguette Dini (UDI-UC) prévoit que les maisons de naissance soient systématiquement adossées à une maternité, afin de permettre à tout moment une prise en charge hospitalière. Seules sont admises dans ces maisons les grossesses sans pathologie particulière (diabète, hypertension, grossesse gémellaire, risque de prématurité).
L’article 1er du texte précise que le gouvernement peut autoriser leur fonctionnement à titre expérimental, pour une durée maximale de cinq ans. A l’issue de cette période, le gouvernement devra remettre une évaluation au Parlement. Le Sénat avait voté en juin à une large majorité cette proposition approuvée par le PS, l’UMP, les centristes et les écologistes. Le RDSE (majorité de radicaux de gauche) s’était abstenu tandis que les communistes avaient voté contre.
Deux projets pilotes en Ile-de-France
Le texte ayant été adopté à l’unanimité, dans les mêmes termes, par la commission des affaires sociales de l’Assemblée, le 19 novembre, les députés devraient aussi, logiquement, donner leur feu vert ce jeudi après-midi en séance publique.
Si ces structures apparues dans les années 70 aux Etats-Unis existent déjà dans de nombreux pays (Allemagne, Suisse, Australie, Italie, Espagne), elles n’ont jamais été mises en place en France, où 800.000 accouchements sont pratiqués chaque année, malgré plusieurs tentatives.
Deux projets pilotes pourraient rapidement entrer dans le cadre de cette expérimentation : le CALM (comme à la maison) à Paris et la maison de naissance de l’hôpital de Pontoise (Val d’Oise). D’autres projets sont en cours d’élaboration ou prêts à fonctionner, comme à Remiremont (Vosges), Nancy, Marseille, Thonon (Haute-Savoie), Lyon, Rennes ou Bordeaux
Source : 20minutes.fr
Partage...Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook

Spread the word. Share this post!

Leave a comment