Je n’arrive pas à pardonner

Il y a une fausse idée qui circule dans le milieu chrétien qui veut que certains péchés seraient moins graves que d’autres. Souvent, lors des prédications, on dénonce à juste titre d’ailleurs, l’impudicité, le vol, l’avortement, le meurtre et d’autres vices que l’on peut facilement déceler à l’œil nu. Or, en observant bien, on se rend compte que la plupart des péchés sont enfouis dans le cœur. C’est pourquoi, un tas de chrétiens qui paraissent bien sous tout rapport seront surpris de se voir interdire l’accès au royaume des cieux par le Seigneur qui leur dira ouvertement : « je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité »(Matthieu 7 :23). L’un des péchés qui conduira à cette ruine éternelle est le manque de pardon.

 

Il n’existe aucune personne au monde qui peut affirmer « tout va bien, je n’ai jamais souffert, personne ne m’a fait du tort ». Comme tous les hommes sont pécheurs et vivent en interaction, ils se mordent et se détruisent mutuellement à force de coups, de paroles blessantes, de trahisons, d’abus divers et variés. Et avec le temps, le souvenir de ces traumatismes se dépose sur le cœur et l’encrasse comme une poubelle. Oui, c’est triste à dire, mais nos cœurs sont souvent plus salles que les déchetteries publiques. Souvenez-vous de ce que le Seigneur Jésus a dit : « car c’est du dedans, du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie. Toutes ces choses sortent du dedans et souillent l’homme » (Marc 7 :21-22). Ainsi, le manque de pardon sort aussi du cœur de l’homme.

 

Jésus-Christ nous demande de pardonner. Lorsqu’il nous a intimé cet ordre, il n’a pas cherché à connaître la nature de la blessure dont nous avons été victime. Il n’a pas établi non plus une classification en disant « tels péchés sont pardonnables et tels autres ne le sont pas ». Il faut pardonner, un point, un trait !

 

Jésus nous a enseigné à prier comme suit : « pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés » (Matthieu 6 :12). Mais laissez-moi vous dire que si Dieu pardonnait comme la plupart des hommes pardonnent, c’est-à-dire en partie ou pas du tout, nous serions en bien mauvaise posture. Nous serions encore chargés de toute la multitude de nos iniquités et notre place serait en enfer.

En effet, beaucoup font preuve d’hypocrisie sur ce sujet. Ils peuvent vous regarder en face et dire « je n’ai rien contre telle personne » alors que la rancune et le ressentiment continuent à faire leur œuvre sournoise dans leurs cœurs. Certains arriveront à dissimuler cette réalité aux hommes toute leur vie mais pas à Dieu qui, rappelons-le, n’acceptera aucun haineux et rancunier au ciel. C’est pourquoi Jésus nous a très clairement avertis, et cela à de nombreuses reprises : « si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père céleste ne vous pardonnera pas non plus vos offenses » (Matthieu 6 :14-15).

 

Ces paroles devraient nous faire trembler car Jésus était très sérieux au moment où il les prononçait. Si Dieu cessait de pardonner nos offenses, puisque nous bronchons tous d’une manière ou d’une autre (Jacques 3 :2), et s’il se souvenait de toutes nos transgressions passées, nous aurions de très sérieux problèmes.

 

Vous avez certainement vécu et subi des choses gravissimes et s’il est humainement compréhensible que le pardon soit difficile à libérer, Dieu n’admettra pas que vous refusiez d’envisager de pardonner. Car le fond du problème est là, beaucoup ne veulent même pas essayer de pardonner. Ils ressassent sans cesse le mal qu’on leur a fait, estimant que l’offense est allée trop loin. En résonant de la sorte, on manifeste de l’orgueil, tout le contraire de l’humilité que devraient cultiver les enfants de Dieu.

 

Alors que devrait dire Jésus ? Il n’a jamais fait du mal à qui que ce soit, il n’a jamais péché et pourtant tous les hommes sans exception l’ont offensé par le nombre incalculable de leurs iniquités. Et pourtant il a continué à nous aimer, il est allé jusqu’à s’humilier pour se réconcilier avec nous, alors que c’est nous qui étions en tort. Donc, à moins que vous n’ayez jamais commis la moindre faute (ce qui n’est évidement pas le cas), et même si tel était le cas, vous êtes obligés de pardonner puisque Jésus-Christ l’a fait.

 

Oh combien est grande la miséricorde et la compassion du Seigneur. Lui qui, agonisant à la croix et sous les yeux méprisants et moqueurs de ceux qui l’ont blessé, a pu dire : « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font » (Luc 23 :34).

 

Cette parole, Jésus l’a libérée à la croix. De même, nous devons accepter de mourir à nous-mêmes, de crucifier de notre égo, pour accorder le pardon qui nous libéra nous-mêmes avant de libérer celui qui implore notre grâce.

 

Ceux qui tenteront de dire que Jésus a été capable d’un tel acte parce qu’il était Dieu, doivent se souvenir qu’il était aussi 100 % homme et que d’autres hommes comme Etienne, mourant sous les jets de pierre des ses agresseurs, ont réussi à faire de même (Actes 7 :60).

 

Beaucoup diront, « je veux bien pardonner, mais je n’y arrive pas ». Dieu ne nous demandera jamais de faire quelque chose qui soit au-dessus de nos forces. S’il nous demande de pardonner, cela signifie que nous en avons la capacité. C’est pourquoi, ne laissez plus une seule minute s’écouler avec la rancune, la haine et les envies de vengeance, criez à Dieu et demandez-lui la force de pardonner comme lui aussi nous a pardonné.

 

Source : http://lesdokimos.wordpress.com/2011/09/28/je-n%E2%80%99arrive-pas-a-pardonner/

Partage...Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook

Spread the word. Share this post!

Leave a comment