Le divorce, la conséquence d’un coeur malade…

Le divorce est un sujet qui fait tellement débat au milieu de la communauté chrétienne, alors qu’il ne le devrait pas car le Seigneur a pourtant clairement parlé sur ce sujet. Beaucoup de frères et sœurs nous sollicitent sur ce point… Beaucoup de salive et d’encre ont déjà coulé et nombreuses sont les fois où le sujet du divorce a été abordé au travers de prédications et d’enseignements. De ce fait, nous n’allons pas revenir sur tous ces points déjà évoqués. Le Seigneur, par sa grâce, nous a enseigné sur un tout autre point qui nous a permis de voir un autre aspect du divorce qui est rarement abordé. Nous essaierons de le développer afin de nous apporter cet éclairage à la lumière de la Parole.

Le cœur…
Alors des Pharisiens vinrent à lui pour l’éprouver, et ils lui dirent : est-il permis à un homme de répudier sa femme pour quelque cause que ce soit ? 4 Et il répondit, et leur dit : n’avez-vous point lu que celui qui les a faits dès le commencement, fit un homme et une femme ? 5 Et qu’il dit : A cause de cela l’homme laissera son père et sa mère, et se joindra à sa femme, et les deux ne seront qu’une seule chair. 6 C’est pourquoi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Ce donc que Dieu a joint, que l’homme ne le sépare point. 7 Ils lui dirent : pourquoi donc Moïse a-t-il commandé de donner la Lettre de divorce, et de répudier sa femme ? 8 Il leur dit : c’est à cause de la dureté de votre cœur, que Moïse vous a permis de répudier vos femmes ; mais au commencement il n’en était pas ainsi. 9 Et moi je vous dis, que quiconque répudiera sa femme, si ce n’est pour cause d’adultère, et se mariera à une autre, commet un adultère ; et que celui qui se sera marié à celle qui est répudiée, commet un adultère. 10 Ses Disciples lui dirent : Si telle est la condition de l’homme à l’égard de sa femme, il ne convient pas de se marier. (Matthieu 19 : 3 à 10). 
Avant de parler de divorce, au travers de ce passage, Jésus va soulever quelque chose de très important en parlant du cœur de l’homme. Il va dire que c’est à cause de la dureté du cœur de l’homme que Moïse a prescrit la lettre de divorce. On comprend par-là, que l’on ne peut pas parler du divorce, sans au préalable parler du cœur…
Dans le livre de Marc au chapitre 7, versets 14 à 23, il est écrit que c’est du cœur de l’homme que sortent toutes les impuretés. Bien que créé merveilleusement par le Seigneur, lorsque nous regardons dans le monde, mais aussi dans la chaîne animale, nous verrons qu’il n’y a pas plus méchant que l’Homme comme créature et prédateur sur la Terre. D’ailleurs, l’apôtre Paul nous apprend effectivement qu’il y a bien un homme animal dépourvu de sens (1 Corinthiens 2 : 14 à 16). Voilà comment l’Homme est décrit, et à quoi est-il réduit à cause de sa nature pécheresse. Même les animaux sont plus éduqués et avancés en termes d’amour, c’est vous dire le degré de la bassesse humaine ! En effet, certains animaux par exemple, tels que les perroquets, les gibbons ou bien encore les cygnes ne changeront jamais de compagnes, ils restent fidèles l’un à l’autre tout le long de leur vie. Alors pourquoi, l’être humain, l’être le plus intelligent de la création de Dieu, arrive-t-il à divorcer… ?
La Parole nous apprend l’une des prières la plus connue et la plus importante en Israël, il s’agit de la prière du Chma. Celle-ci nous dit d’aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme, de toute sa pensée et de toute sa force (Deutéronome 6 : 4 à 5 et Marc 12 : 28 à 30)En n’obéissant pas à ce commandement, nous risquons d’être emportés par les désirs de nos cœurs qui font la guerre à l’âme, car c’est l’amour que l’on aura vis-à-vis du Seigneur Jésus-Christ qui nous gardera de la pratique du péché. Si Dieu n’a pas la première place dans notre cœur, nous risquons de faillir. L’erreur que beaucoup de couples chrétiens commettent, c’est de compter sur leurs propres sentiments charnels : « oui, je t’aime, moi aussi chéri je t’aime… ». Or, un mariage selon Dieu ne peut être bâti uniquement sur les sentiments humains, mais au contraire il doit être fondé sur le ROC à savoir Jésus-Christ de Nazareth ! La Bible nous illustre bien ce fait au travers de la parabole des deux maisons. La maison qui n’était pas bâtie sur le ROC, aux premières intempéries qui se sont abattues sur elle, s’est effondrée (Matthieu 7 : 24 à 27). Cette maison peut symboliser notre vie chrétienne, mais aussi notre foyer, notre couple.
Nous avons vu dans le livre de Marc au chapitre 7, que le cœur de l’Homme est méchant, bien que converti, mais la nature adamique est toujours présente. Car ce cœur est semblable à un abîme qui renferme plein de choses troubles et obscures. Nous pouvons comparer nos cœurs à l’océan qui renferme toutes sortes de poissons bizarres, étranges et inconnus dans l’obscurité de ses profondeurs. Ce sont dans ces abysses que nous voyons les espèces les plus moches du monde marin… C’est donc également dans les profondeurs de nos cœurs que nous découvrons une personnalité de nous-même dont on ne soupçonnait pas l’existence. Des envies, des désirs, des pulsions plus perverses, sadiques et cruelles les unes que les autres peuvent résider en nous. Nous savons que depuis le péché d’Adam et Eve dans Genèse 3, les hommes ne cessent d’être attirés par le mal. D’ailleurs, la Parole nous dit clairement : Et l’Eternel vit que la malice de l’homme était grande sur la terre, et que toute l’imagination des pensées de son cœur n’était que mauvaise en tout temps (Genèse 6 : 5). Dans ce passage le mot « pensées » veut dire « inventions ». Donc, depuis la chute de l’homme, celui-ci use d’ingéniosité dans le mal. Chaque jour l’homme se corrompt et se détourne des voies du Seigneur. Et malheureusement, nous voyons cette attitude chez les chrétiens qui ne diffèrent finalement en rien de celle des païens.
Une seule solution : L’ÉMONDAGE DU SEIGNEURCelui-ci vise à purifier les profondeurs de l’abîme de notre cœur. Un homme ou une femme qui n’est pas purifié, pas brisé et non assujetti au Seigneur est une personne dangereuse.Lorsque nous lisons Marc 7 : 21 qui nous relate ceci : Car du dedans, c’est-à-dire, du cœur des hommes, sortent les mauvaises pensées, les adultères, les fornications, les meurtres […], nous découvrons qu’il y a un processus si je puis dire, qui se déroule en trois étapes. Premièrement, l’intention vient du cœur, deuxièmement la pensée est cultivée, puis vient l’étape où l’acte est posé, c’est-à-dire que le péché est consommé. Et là c’est trop tard… Si nous transposons toutes ces étapes dans le cadre du mariage, nous nous rendrons compte qu’on ne divorce pas comme ça du jour au lendemain, car il y a en réalité tout un processus qui peut parfois durer des années voire même des décennies entières… Juste quelques jours ou mois de négligence, concernant notre relation avec le Seigneur, concernant notre couple et nos enfants, suffisent à une ouverture de brèche par laquelle l’ennemi, notre adversaire le diable, s’immisce et amorce la destruction du foyer qui finira par se séparer.
 Le cœur non soumis au Seigneur, ne sera jamais satisfait de ce qu’il possède déjà et voudra posséder toujours plus quant aux choses de la chair. Dans le mariage, si la femme ne plait plus au mari, alors celui-ci usera d’astuces pour se séparer de son épouse en poussant l’autre à bout, pour divorcer soit disant dans les règles de la Parole de Dieu… Ceci est tout simplement de l’hypocrisie, du mensonge et de la méchanceté !! Mais encore, combien d’époux ne se parlent-ils pas à la maison… ?! Ils vivent ensemble sous le même toit comme si de rien n’était ! Combien de femmes ne se refusent-elles pas à leur mari en fermant leur jardin pendant des mois, voire des années entières par esprit de vengeance, parce qu’elles n’ont pas pardonné une erreur de leur époux. Tout cela pour pousser ces derniers à la faute, c’est-à-dire à l’adultère. Combien de maris ne délaissent-ils pas leur femme à cause d’une surcharge pondérale… ?! Parce que sa femme n’a plus le même corps que les premiers jours idylliques de leur mariage, à cause des grossesses notamment. Du coup, en agissant ainsi la femme est blessée… Combien d’hommes n’abandonnent-ils pas leur rôle de chef de famille à leur femme, en délaissant l’instruction de leurs enfants, en considérant plus le comptoir du bar du coin de la rue, ou bien encore en étant plus dehors à faire soit disant l’œuvre de Dieu pour éviter les disputes à la maison… ?! Alors que Dieu leur a confié premièrement leur foyer et non les gens du dehors… Tout ceci, c’est de la SORCELLERIE, car tous ces comportements ne sont que ténèbres et ne rendent pas gloire à Jésus-Christ ! Tout cela ramène alors une séparation qui est premièrement spirituelle et se terminera par une séparation physique. Beaucoup de personnes ont déjà divorcé spirituellement sans le savoir, car en menant une vie comme celle-ci, ils vivent comme des personnes séparées, non unies par l’alliance de Dieu.
Ne pas séparer ce que Dieu a joint…
Pour en revenir à notre passage de Matthieu 19, au verset 6, Jésus dira : que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a joint. Ici, le mot « joint » a pour racine grecque « zeugos », ce qui signifie « attelage entre deux mules, deux bœufs ou deux chevaux ; une paire ». Dans 1 Rois 19 : 19, nous lisons qu’Élysée labourait un champ avec douze couples de bœufs. Dans le domaine de l’agriculture, c’est le berger qui attelle deux bœufs ensemble, à forces égales, en fonction de leur gabarit, car il sait que les deux bêtes pourront labourer la terre comme il l’aura souhaité et cela de manière convenable et efficace. Le champ représente l’œuvre que le Seigneur nous confie, à savoir nos vies (cultiver notre salut en Christ), mais aussi notre foyer. Car rappelons-nous, le Seigneur va nous parler du commencement de toutes choses dans Matthieu 19 : 4 à 5. Dans Genèse 2 : 15, Dieu avait placé Adam dans le jardin d’Eden pour le cultiver et pour le garder. Le terme « jardin » utilisé dans ce passage donne « gan » en hébreu et signifie « jardin (fermé), enclos, mariage »Mais afin qu’Adam puisse arriver à remplir la mission que Dieu lui avait confié dans le jardin, Adonaï va créer Eve et l’atteler à Adam pour qu’ils puissent ensemble cultiver leur jardin… Deux valent mieux qu’un, parce qu’ils retirent un bon salaire de leur travail, nous dit le livre de l’Ecclésiaste 4 : 9.
Si de nos jours nous pouvons assister à des naufrages dans le mariage, c’est parce que nos maris ou nos femmes font des choix souvent charnels du fait du manque de prière et de soumission vis-à-vis de Dieu. Et nous nous étonnons qu’il y ait autant de divorces ! Le terme grec « zeugos », lorsqu’il est mal appliqué, devient « zugos » qui signifie alors « joug ou balance »Or, un joug n’est guère quelque chose de plaisant, bien au contraire, c’est un poids lourd et contraignant, difficile à porter et à assumer au quotidien, d’autant plus lorsqu’il est déséquilibré. Une paire de bœufs (un couple marié) qui n’est pas équilibrée ne pourra pas labourer correctement le champ ou le jardin et finira même par tomber, autrement dit divorcer.
Le pardon…
 Au travers de ce qui vient d’être dit, nous comprenons donc qu’il nous faut avoir recourt à une opération chirurgicale à cœur ouvert sans anesthésie par le Seigneur Jésus, pour être guéri et délivré de tous ces maux qui nous chargent. Nous ne pouvons pas toujours contester avec le Seigneur (Ésaïe 45 : 9)Certes le mariage n’est pas un long fleuve tranquille. Mais pour vivre longtemps cette belle aventure dans la paix, la joie et le règne de Jésus, acceptons le brisement et la formation du Seigneur dans nos vies. Tel un potier, laissons le nous façonner et nous briser afin de ne plus pécher comme nous pouvions le faire auparavant. Laissons la dureté de nos cœurs à la douceur qu’apporte l’Évangile de paix et le pardon qu’il suscite. Le roi David a péché contre Dieu plusieurs fois par sa désobéissance, mais malgré cela le Seigneur l’appellera « l’homme APRÈS mon cœur ». Mais pourquoi Dieu l’appelait-il ainsi ? Tout simplement parce que David, bien qu’il péchait, avait un cœur repentant et soumis à Dieu. Malgré toutes ses erreurs, il avait un cœur vrai devant Dieu. Ne nous servons cependant pas de l’exemple de David pour banaliser le péché dans nos vies et justifier nos mauvais agissements. Si nous avons donné l’exemple de cet homme, c’est simplement pour souligner l’aspect de la repentance véritable et sincère qui peut nous réconcilier avec Dieu premièrement mais aussi avec son époux (se). Un cœur non soumis à Dieu poussera à la désobéissance et au manque de repentance à cause de notre orgueil et dans ce cas le Seigneur nous résistera (Jacques 4 : 6).
N’oublions jamais que Jésus nous a aimé même lorsque nous étions adultères, débauchés, meurtriers, menteurs, hypocrites… Il ne nous a jamais repoussés lorsque nous sommes venus à Lui tels que nous étions. Mais Dieu fait éclater son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous (Romains 5 : 8). Que le mari et la femme s’humilient mutuellement en reconnaissant tous les deux leurs erreurs dans l’amour du Seigneur. Que chacun revoit premièrement sa vie avec Dieu, puis sa relation avec son époux (se). Pardonnons-nous réciproquement comme Jésus nous le recommande (Matthieu 18 : 21 à 22 – Luc 17 : 3 – Éphésiens 4 : 32). Car si nous avons obtenu le salut par l’amour de Dieu, c’est parce que Jésus a accepté de pardonner nos offenses… Ne soyons donc pas ingrats vis-à-vis de notre Père céleste, mais au contraire usons de reconnaissance envers Lui en respectant ce qui est écrit dans sa Parole. Cherchons la réconciliation, plutôt que la division et la séparation, même si nous avons pu être blessés. Dieu ne prend pas plaisir au divorce, alors tâchons d’honorer notre Papa d’amour comme il se doit.
Jésus revient, préparons nos cœurs à sa venue et usons d’un comportement digne de Lui dans nos vies de tous les jours et dans nos foyers. Soyons tous encouragés par notre Père de gloire !! 
Maranatha !!
Partage...Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook

Spread the word. Share this post!

Leave a comment