La Théorie de l’évolution : une religion occulte

 

En 1859, un naturaliste du nom de Charles Darwin, publie un ouvrage intitulé L’origine des espèces dans lequel il attribue à toute forme de vie sur terre un ancêtre commun. Selon Darwin, une espèce peut évoluer en une autre par des changements successifs sur une très longue période de temps. Ainsi, l’histoire des espèces peut être représentée sous la forme d’un arbre phylogénétique où seules les espèces les plus adaptées sont emmenées à survivre. C’est le mécanisme dit de “sélection naturelle”.

La Théorie de l’évolution est aujourd’hui répandue dans le monde profane comme une vérité absolue et de nombreuses personnes (dont vous faites peut être partie ?) la targuent d’être scientifiquement prouvée… Ce qui est plus inquiétant, c’est que même certains “chrétiens” l’acceptent comme étant complémentaire à la foi en la Parole de Dieu.
Qu’en est il exactement ? D’où vient cette doctrine ? Est-elle scientifique ? Sur quoi se fonde-t-elle ? Quelles sont les conséquences pour l’homme dans la société, la famille ? En tant qu’enfants de Dieu, quelle position devons nous adopter ?

La Théorie de l’évolution avant la venue de Jésus-Christ sur Terre


 

Milet : Une ville consacrée au dieu Apollon

 

La Théorie de l’évolution prend naissance à Milet, une ville importante de l’Ionie dans la Grèce antique située à environ 60 km au sud d’Ephèse. Cette ville possédait un temple célèbre dédié à Apollon (dieu grec de la lumière, des arts, des sciences et de la poésie…).

Pour consulter Apollon, il fallait notamment se purifier avec l’eau du puits sacré, payer une taxe et sacrifier un animal (la plupart du temps une chèvre) sur l’autel situé devant l’entrée du temple (le pronaos). Après cela, le consultant, pouvait alors poser sa question aux prêtres qui, à leur tour, interrogeaient un devin drogué aux feuilles de laurier, qui avait jeûné et s’était purifié avec l’eau du puits sacré pour communiquer avec Apollon. Les prêtres se rendaient ensuite dans un lieu précis (le chresmographeion) en empruntant l’escalier monumental, pour y traduire en langage clair la réponse du dieu. L’oracle était ensuite transmis par écrit au consultant qui attendait dans le pronaos.
L’apôtre Paul lors de ses voyages missionnaires, a été confronté à plusieurs divinités grecques qui régissaient ces villes (Actes 14 : 8-23 ; Actes 16 :16-18 ; Actes 19 : 28-38).
On comprend ici que Milet était sous l’influence du dieu Apollon. Cette principauté, par sa lumière luciférienne et sa fausse science a aveuglé l’intelligence des incrédules :
« Ils ont l’intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l’ignorance qui est en eux, à cause de l’endurcissement de leur cœur  » Ephésiens 4 :18
« Si notre Evangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent ; pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence, afin qu’ils ne vissent pas briller la splendeur de l’Evangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu  » 2 corinthiens 4 : 3 
C’est de Milet que sortira l’Ecole de pensée des “philosophes de la nature” dont Thalès est le présumé fondateur. Il aurait rapporté d’Égypte les éléments de la géométrie et de l’algèbre.
Cette école fut représentée par trois hommes Thalès, Anaximandre, Anaximène. Dans les sections suivantes nous allons étudier brièvement leurs doctrines afin de faire ressortir les origines cachées de la pensée évolutionniste.
Thalès et son influence égyptienne

 

Thalès était considéré comme l’un des sept sages de la Grèce. De son vivant, son intérêt s’est porté sur la politique, l’astronomie, la physique mais aussi la mathématique et la géométrie, d’où le célèbre théorème de Thalès toujours enseigné en classe de 3ème.
D’après les récits historiques, il aurait passé son enfance en Egypte où, il aurait été enseigné par des prêtres. De retour en Grèce, il fonda l’Ecole de Milet.
Les philosophes de l’Ecole milésienne, “les philosophes de la nature”, avaient rejeté les mythes et croyaient en l’existence d’une substance élémentaire, d’où l’enseignement de Thalès qui affirme que l’eau est le principe de toutes choses. D’après lui, l’air, le feu, le vent et la terre proviennent de l’eau et tout ne subsisterait que par cet élément qui serait le principe de la création.
Ceci est bien évidemment faux, car La Parole de Dieu nous révèle dans Apocalypse 3 :14 que JESUS CHRIST est le principe de la création : « Écris à l’ange de l’Eglise de Laodicée : Voici ce que dit l’Amen, le témoin fidèle et véritable, le principe de la création de Dieu  ».
Romains 11 : 36  : « C’est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses. A lui la gloire dans tous les siècles ! Amen !  »
Colossiens 1 :15-17 : « Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui.  »
 
La doctrine de Thalès s’inspire de celle des égyptiens, attribuant la création du monde à ”Noun” un océan incréé à l’origine de la vie et la mort. On voit déjà apparaître ici, l’idée d’un dieu nature, impersonnel qui crée et régit toutes choses. Toujours d’après la mythologie égyptienne,  Noun en se personnalisant, donna naissance à Atoum, le premier dieu et père de tous les dieux. Le père des dieux (démons) dont il s’agit ici, est en réalité Satan lui-même (Jupiter chez les romains et Zeus chez les grecs).
Ceci nous révèle que derrière toutes les philosophies et croyances qui attribuent aux éléments naturels un pouvoir créateur, se cache le malin. Il faut comprendre que Satan, auparavant Lucifer, a été crée par Dieu, mais dans sa rébellion a voulu se faire adorer comme Dieu. En détournant l’adoration qui doit revenir à Dieu Le Créateur, au profit de la créature, Satan récupère ainsi l’adoration. Ce dernier est donc à l’origine des croyances qui vont pousser Thalès à fonder l’école milésienne.
Anaximandre de Milet : “l’humain fut d’abord poisson avant de devenir animal terrestre ”

 

Anaximandre, disciple de Thalès, continua dans la voie de son maître à quelques nuances près. Pour ce dernier, tout proviendrait d’une substance éternelle et sans forme.  D’après lui, les créations vivantes, qui occupent la Terre, se sont successivement perfectionnées en partant des types inférieurs. C’est ainsi que l’humain fut d’abord poisson, avant de devenir animal terrestre (Plutarque, Symposium, VIII, VIII, 4).
L’ouvrage dans lequel Anaximandre exposait ces idées avait pour titre De la Nature (Peri physeôs). C’est donc cet homme qui va poser les fondements de la doctrine de l’évolution telle qu’on nous la présente aujourd’hui.
Anaximandre eut pour disciple Anaximène. Selon lui, l’air ou le brouillard est à l’origine de tout, l’eau étant de l’air concentré, la terre de l’eau concentrée, le feu de l’air raréfié…( sans commentaires !)
Ces trois hommes, posèrent les bases de la philosophie grecque (épicurisme, matérialisme, stoïcisme etc. ) et donc, de toute la pensée occidentale évolutionniste que nous connaissons aujourd’hui.
Plus tard, au premier siècle, la Théorie de l’évolution sera à nouveau évoquée par un philosophe du nom de Lucrèce.
Lucrèce : Tout provient et évolue par combinaison hasardeuses

 

Disciple d’Epicure, il vécut vers 98-55 av. JC. Il est l’auteur d’un long poème passionné intitulé  De la nature des choses qui décrit le monde selon les principes d’Épicure.
Pour Lucrèce, le monde n’a aucune origine divine. Son évolution et celle de l’humanité peuvent se suivre à partir de combinaisons hasardeuses par progrès conjoints.Lucrèce s’emploie même à démontrer que l’âme, matérielle comme le corps, meurt avec lui, ou plutôt retourne se perdre, à leur séparation, parmi les atomes. Il n’y a donc pas de vie future. Selon lui, les mortels ont tort de craindre un Enfer qui n’existe que dans le cœur des méchants.
 
Il est intéressant de souligner que l’apôtre Paul confronta aussi les philosophes épicuriens et stoïciens à la vérité de la Parole de Dieu  :
« Quelques philosophes épicuriens et stoïciens se mirent à parler avec lui. Et les uns disaient : Que veut dire ce discoureur ? D’autres, l’entendant annoncer Jésus et la résurrection, disaient : Il semble qu’il annonce des divinités étrangères. Alors ils le prirent, et le menèrent à l’Aréopage, en disant : Pourrions-nous savoir quelle est cette nouvelle doctrine que tu enseignes ? » Actes 17 : 18-19
 
En somme, nous voyons que la Théorie de l’évolution remonte aux croyances égyptiennes et qu’au fil du temps et de l’égarement des hommes, elle prit corps au sein de plusieurs doctrines grecques qui sont maintenant considérées comme des vérités fondamentales dans nos sociétés occidentales. Or, aucune de ces doctrines basées sur les discours persuasifs des hommes n’a pu, ni sauver, ni délivrer, ni procurer la vie à ceux qui les dispensaient ainsi qu’à ceux qui l’écoutaient.
Il n’en est pas de même pour l’Evangile de Dieu, sa véracité a été pleinement confirmée, Dieu attestant Sa Parole par des signes, des prodiges et des miracles. C’est pour quoi l’apôtre Paul, poussé par le SAINT ESPRIT, a mis clairement en relief cette différence : « Car je n’ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié. […] ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d’Esprit et de puissance, afin que votre foi fût fondée, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu. » 1 Cor 2 : 2-5
De plus, la puissance de Dieu a été clairement manifestée lors des voyages missionnaires de Paul au milieu de toutes ces fausses doctrines :
« A Lystre, se tenait assis un homme impotent des pieds, boiteux de naissance, et qui n’avait jamais marché. Il écoutait parler Paul. Et Paul, fixant les regards sur lui et voyant qu’il avait la foi pour être guéri, dit d’une voix forte : Lève-toi droit sur tes pieds. Et il se leva d’un bond et marcha. A la vue de ce que Paul avait fait, la foule éleva la voix, et dit en langue lycaonienne : Les dieux sous une forme humaine sont descendus vers nous. Ils appelaient Barnabas Jupiter, et Paul Mercure, parce que c’était lui qui portait la parole. Le prêtre de Jupiter, dont le temple était à l’entrée de la ville, amena des taureaux avec des bandelettes vers les portes, et voulait, de même que la foule, offrir un sacrifice. Les apôtres Barnabas et Paul, ayant appris cela, déchirèrent leurs vêtements, et se précipitèrent au milieu de la foule, en s’écriant : O hommes, pourquoi agissez-vous de la sorte ? Nous aussi, nous sommes des hommes de la même nature que vous ; et, vous apportant une bonne nouvelle, nous vous exhortons à renoncer à ces choses vaines, pour vous tourner vers le Dieu vivant, qui a fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s’y trouve.[…]  » Actes 14 : 8-23
« Comme nous allions au lieu de prière, une servante qui avait un esprit de Python, et qui, en devinant, procurait un grand profit à ses maîtres, vint au-devant de nous, et se mit à nous suivre, Paul et nous. Elle criait : Ces hommes sont les serviteurs du Dieu Très-Haut, et ils vous annoncent la voie du salut. Elle fit cela pendant plusieurs jours. Paul fatigué se retourna, et dit à l’esprit : Je t’ordonne, au nom de Jésus-Christ, de sortir d’elle. Et il sortit à l’heure même. » Actes 16 :16
« Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu’on appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son corps, et les maladies les quittaient, et les esprits malins sortaient. » Actes 19 :11-12
« Alors Saul, appelé aussi Paul, rempli du Saint-Esprit, fixa les regards sur lui, et dit : Homme plein de toute espèce de ruse et de fraude, fils du diable, ennemi de toute justice, ne cesseras-tu point de pervertir les voies droites du Seigneur ? Maintenant voici, la main du Seigneur est sur toi, tu seras aveugle, et pour un temps tu ne verras pas le soleil. Aussitôt l’obscurité et les ténèbres tombèrent sur lui, et il cherchait, en tâtonnant, des personnes pour le guider. Alors le proconsul, voyant ce qui était arrivé, crut, étant frappé de la doctrine du Seigneur » Actes 13 : 9-12.
Vers la fin du premier siècle, un vide se créa quand les derniers apôtres Paul et Jean, moururent. Cela favorisa l’émergence d’une caste cléricale et d’une structure hiérarchique calquée sur le modèle religieux païen.
Beaucoup de philosophes grecs avaient adhéré au christianisme, ce qui eut pour conséquence l’infiltration dans l’Eglise d’idéologies philosophiques et théologiques qui emmenèrent progressivement à la création du catholicisme romain (Pour plus d’informations nous vous conseillons de vous procurer l’ouvrage La captivité de l’évangile).
Bien que cette religion n’ait rien à voir avec la véritable foi chrétienne, elle orientera, pendant plus de mille ans de liturgie, la pensée occidentale vers Dieu.
Par la suite, la Réforme protestante ainsi que la diffusion massive de la Bible grâce à l’invention de l’imprimerie et l’expansion coloniale occidentale exportèrent la foi en Dieu à travers le monde entier. En effet, La croyance en la Bible sera largement répandue et la plupart des sociétés calqueronnt leur modèle de pensée et de développement sur la foi judéo-chrétienne.
Pourtant, après cette période communément appelée le Moyen-âge, la Théorie de l’évolution fera de nouveau surface en prenant en otage la science. C’est ce que nous verrons dans le prochain article qui paraîtra à la prochaine newsletter…
Partage...Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook

Spread the word. Share this post!

Leave a comment