L’embryon : chose insignifiante ou personne à part entière ?

Le foetus n’est pas considéré comme une personne humaine dans la législation française

La primauté de la personne, principe phare du droit français, est un principe protecteur qui pose les limites à ne pas franchir vis-à-vis d’autrui. La primauté de la personne donne de la valeur à l’être humain et est censée être le fondement d’une société bâtie sur le respect.
Dans la législation française, ce fondement est l’expression de l’ article 16 du Code civil qui dispose que  » la loi assure la primauté de la personne, interdit toute atteinte à la dignité de celle-ci et garantit le respect de l’être humain dès le commencement de sa vie ».
Cet article distingue la notion juridique de « personne » (sujet de droits et d’obligations), de la notion d « être humain » (notion purement biologique), pour ne garantir une protection juridique qu’aux personnes.
Ainsi, en France « l’enfant à naître », « l’embryon » ou le foetus n’a aucun statut juridique. Celui-ci n’est pas considéré comme une personne.
On dit qu’il n’est pas « doté de la personnalité juridique ». On parle à son sujet de « chose personnifiée« .
Cette expression traduit l’ambiguité du statut conféré à l’embryon en droit français ; celui-ci ne souhaite pas que lui soit conféré le statut de personne, afin de protéger le droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) issu de la loi du 15 janvier 1975 et permettre aux femmes d’avorter librement. Cependant il a du mal à dire qu’il s’agit d’une chose quelconque. Dès lors « La chose personnifiée » semble un bon compromis.
En outre, l’ embryon ou « enfant à naître » n’est pas protégé par la Constitution française qui est le texte suprême de l’ordonnancement juridique français. Seul un droit à la vie lui est implicitement accordé ; c’est pourquoi l’avortement en France est encore (pour combien de temps encore ?) soumis à des conditions.
L’enfant à naître : l’oublié du droit pénal français
Le Droit pénal français nie tout bonnement l’existence du foetus. En effet, le foetus n’est pas reconnu comme une personne humaine et ne peut bénéficier de la protection offerte par le droit pénal. On ne peut donc commettre d’homicide ni d’infraction envers un foetus.
La Chambre criminelle de la Cour de cassation a rendu un arrêt majeur le 25 juin 2002 en affirmant clairement que ’le principe de légalité des délits et des peines, qui impose une interprétation stricte de la loi pénale, s’oppose à ce que l’incrimination d’homicide involontaire s’applique au cas de l’enfant qui n’est pas né vivant. »
Le foetus n’entre donc pas par exemple, dans le champs des personnes victimes d’homicide involontaire causé par une maladresse, une imprudence ou une inattention. En effet, l’article 221-6 du code pénal vise une personne déjà née et non pas l’enfant à naitre selon la Cour de Cassation.
Dans une affaire un obstétricien reçoit une patiente vietnamienne ne parlant pas français, il consulte son agenda et constate qu »une patiente vietnamienne doit venir pour une extraction de stérilet, il pratique l’acte. Or, il ne s’agit pas de la bonne patiente et cette patiente-ci venait pour un suivi de grossesse, cette intervention provoque le décès du foetus.
L’homicide involontaire contre le foetus ne pourra pas être retenu si l’enfant n’est pas né vivant mais mort-né.
De même, une femme enceinte de six mois est victime d’un accident de voiture, le foetus décède.
La Cour d’appel de METZ dans un arrêt en date du 3 septembre 1998 rejette l’incrimination d’homicide ; celui-ci ne pouvant être constitué qu’ à l’égard d’un enfant dont le coeur battait à la naissance et qui a respiré. »
Le droit pénal refuse de façon opportuniste de reconnaitre qu’un « enfant à naître » un embryon ou un foetus peut être victime d’un homicide involontaire, car cela impliquerait une remise en cause pure et simple de la pratique de l’avortement.
L’animal mieux protégé en droit français que le foetus humain
On observe que l’animal est bien mieux protégé en droit français que l’enfant à naître !
Le fait, tout d’abord d’infliger des sévices graves à un animal domestique est constitutif d’un délit pénal au sens de l’article 521-2 du Code pénal qui dispose que « le fait, publiquement ou non, d’exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans de prison et de 30000 euros d’amende ».
Pire ! L’article L.415-3 du Code de l’environnement dispose que toute personne à l’origine de la destruction, même involontaire, de nids ou d’oeufs d’animaux protégés est passible d’une peine correctionnelle de six mois d’emprisonnement et de 9000 euros d’amende.
En somme, « l’animal à naître » bénéficie d’une meilleure protection dans notre droit que « l’enfant à naître ».
Au regard de ce qui précède, nous avons vu que le monde a réduit l’embryon à une chose personnifiée qui a moins bien de valeur que l’animal. Or quand nous lisons la Parole de Dieu, Dieu bénit L’Homme (Adam et Eve) et lui demande de dominer sur tous les animaux Genèse 1:28 « Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. » C’est triste de voir aujourd’hui que les rôles ont été complètement inversés par le prince de ce monde de ténèbres et les fils de la rébellion à cause du péché. L’apôtre Paul nous dit dans 2 Corinthiens 2:10 que […nous n’ignorons pas ses desseins] qui sont biensûr de renverser tous les fondements posés par Dieu et enseigner les nations à faire de même. Comme le dit le psalmiste dans Psaumes 2:3 ils disent « brisons leurs liens, délivrons nous de leurs chaines« . Mais la réponse de notre Seigneur et Dieu est sans commentaires : Psaumes 2:4 « Celui qui siège dans les cieux rit, Le Seigneur se moque d’eux »  parce que […le prince de ce monde est jugé.] Jean 16:11
Regardons donc de plus près la position du Seigneur JESUS par rapport au statut de l’embryon
Le statut de l’embryon selon DIEU le Créateur
Jerémie 1:5 « Avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t’avais consacré, je t’avais établi prophète des nations.« 
Dieu enseigne à l’humanité ici une vérité fondamentale : Avant que le foetus soit formé dans le ventre maternel, avant qu’il soit détecté par un échographe ou tout autre appareil médical, il existe déjà un Homme entier et complet. Dieu connait son nom, prénom, sa nationalité, son sexe, la couleur de ses yeux, la couleur de ses cheveux, sa famille, le jour de sa naissance, le jour de sa mort. C’est merveilleux ! Gloire à JESUS ! Le foetus qui se forme dans le ventre est donc déjà une personne entière et vivante.
Prenons un autre passage qui confirme ce que nous venons de voir plus haut
Psaumes 139:13-16 : « C’est toi qui as formé mes reins, qui m’as tissé dans le sein de ma mère. Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes oeuvres sont admirables, et mon âme le reconnaît bien. Mon corps n’était point caché devant toi, lorsque j’ai été fait dans un lieu secret, tissé dans les profondeurs de la terre. Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient ; et sur ton livre étaient tous inscrits les jours qui m’étaient destinés, avant qu’aucun d’eux existât.« 
Au travers de sa Parole Dieu nous montre qu’il accorde son amour et sa grâce à tout être vivant ayant pris vie dans le ventre d’une femme au stade d’embryon et même bien avant.
En tant qu’enfants de Dieu nous devons réaliser que l’avortement quelque soit la période de la grossesse est un meurtre devant Dieu. Tu ne tueras point ! (Exode 20:13 ; Deuteronome 5:17 ; Matthieu 19:18 etc.)
Par ailleurs il est important de souligner que tout comme la répudiation (malachie 2:16), Dieu a également en haine l’avortement Proverbes 6:16 « il y a six choses que hait l’Eternel, et même sept qu’il a en horreur, les yeux hautains, la langue menteuse, les mains qui répandent le sang innocent, le coeur qui médite des projets iniques, les pieds qui se hâtent de courir au mal, Le faux témoin qui dit des mensonges, et celui qui excite des querelles entre frères »
Le lien ci dessous montre un avortement à 9 semaines (attention cette photo peut choquer, les plus sensibles s’abstenir.)
Aujourd’hui le monde essaye de voiler la cruauté de cette pratique et même l’encourage. On ne parle plus d’avortement mais d’ interruption volontaire de grossesse (IVG) pour apaiser les consciences. L’avortement en france sera bientôt remboursé intégralement, sans compter toutes les politiques gouvernementales contraceptives iniques.
Face à cette folie Dieu donne un avertissement clair
Romains 1:18-32 « La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive, car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’oeil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur coeur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous ; et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l’homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, et des reptiles. […] Et, bien qu’ils connaissent le jugement de Dieu, déclarant dignes de mort ceux qui commettent de telles choses, non seulement ils les font, mais ils approuvent ceux qui les font.« 
Mais Dieu dans son Amour veut que tous les hommes soient sauvés et qu’ils parviennent à la connaissance de la Vérité (1 timothée 2:4) c’est pour cela qu’il est écrit également dans Jean 3:16 que « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils Unique afin que quiconque croit en lui ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle.« 
Partage...Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook

Spread the word. Share this post!

Leave a comment